EUGENE ONEGUINE. EVGENIJ ONEGIN Agrandir

EUGENE ONEGUINE. EVGENIJ ONEGIN

    Auteur

  • Editeur EDITIONS THELEME
  • Langue Bilingue
  • EAN13: 9782878629552

Un jeune homme qui s'ennuie, la plus touchante des jeunes filles, un poète de dix-sept ans, un vieux mari. C'est le roman de...

En savoir plus

Attention : dernières pièces disponibles !

19,91 €

Un jeune homme qui s'ennuie, la plus touchante des jeunes filles, un poète de dix-sept ans, un vieux mari. C'est le roman des rencontres manquées, des amours perdues, des remords sanglants. Eugène Onéguine est lu par André et Daredjan Markowicz.

Eugène Onéguine, le roman en vers de Pouchkine, est le plus grand livre jamais écrit en russe. Le traduire aura été le travail de ma vie. — J’ai voulu en conserver une voix vivante, en demandant à ma mère, Daredjan, qui m’a transmis la langue et le connaît par cœur, de dire le texte russe. Ce n’est pas une lecture d’artiste, (les plus grands acteurs russes ont enregistré « leur » Onéguine), c’est le témoignage d’une lecture familiale, de la façon dont ce roman, — dont ce poème — peut vivre, au jour le jour, dans le cœur de chaque Russe. Je dis le texte français, Daredjan en russe, et Françoise Morvan lit « la lettre » et les dernières paroles de Tatiana.
André Markowicz

  • Auteur POUCHKINE
  • Editeur EDITIONS THELEME
  • Année de publication 2016
  • Langue Bilingue
EUGENE ONEGUINE. EVGENIJ ONEGIN <p>Un jeune homme qui s'ennuie, la plus touchante des jeunes filles, un poète de dix-sept ans, un vieux mari. C'est le roman des rencontres manquées, des amours perdues, des remords sanglants. Eugène Onéguine est lu par André et Daredjan Markowicz.<br /> <br /> Eugène Onéguine, le roman en vers de Pouchkine, est le plus grand livre jamais écrit en russe. Le traduire aura été le travail de ma vie. — J’ai voulu en conserver une voix vivante, en demandant à ma mère, Daredjan, qui m’a transmis la langue et le connaît par cœur, de dire le texte russe. Ce n’est pas une lecture d’artiste, (les plus grands acteurs russes ont enregistré « leur » Onéguine), c’est le témoignage d’une lecture familiale, de la façon dont ce roman, — dont ce poème — peut vivre, au jour le jour, dans le cœur de chaque Russe. Je dis le texte français, Daredjan en russe, et Françoise Morvan lit « la lettre » et les dernières paroles de Tatiana.<br /> André Markowicz</p>
19,91 €